Bannière Nom de l'unité Formation continue

Formation continue
2018-2019

formation.uqam.ca

Suivez la Formation continue sur :

 

Abonnez-vous à notre infolettre

Pas encore abonné? L'abonnement à notre infolettre se fait rapidement et c'est gratuit! 

Inscrivez-vous maintenant

Articles et entrevues

ENTREVUE EXPRESS
Cinq minutes avec Andrée Dupont : comment communiquer avec les médias en période de crise?


Quels sont les principes de base de la communication en période de crise?
Quand une crise survient, c’est primordial de toujours communiquer en considérant l’intérêt public et non la défense de l’image de l'entreprise. La population est en droit de connaître les tenants et les aboutissants de la crise et les décisions qui seront prises, car elles auront un impact sur la vie des victimes et de leurs familles. Par conséquent, vous devez être responsable et prendre en charge l’événement, ce qui ne signifie pas pour autant que vous êtes coupable. Vos responsabilités commandent que vous soyez un porte-parole crédible, qui ne se contredit pas et qui a une éthique irréprochable. C’est un atout majeur qui vous permettra de faire face à la crise. C’est le temps également de puiser dans les forces de votre quotient émotionnel pour bien gérer vos émotions. Ces éléments sont quelques principes parmi tant d’autres que nous analyserons durant la journée de formation « Situation de crise et communication ».

Quelles sont les étapes à respecter dans la gestion d’une catastrophe?
Il y a trois étapes cruciales dans la gestion d’une catastrophe. Premièrement, une collaboration doit s’installer entre les journalistes et les relationnistes. La communication deviendra presque la pierre angulaire pour sauver des vies notamment, rechercher les victimes et leur offrir de l’aide et du soutien. Deuxièmement, il faut prendre en charge lesdites victimes et offrir réconfort, réorientation et réadaptation (3R) pour les aider à retrouver une vie normale dans les plus brefs délais. Troisièmement, vous devez être prêt à rétablir les faits et expliquer votre plan de mesures d’urgence pour contrer l’habitude des journalistes de rechercher un coupable comme le feraient des justiciers« Le comment faire? C’est ce que vous découvrirez lors de ma formation : causes, symptômes avant-coureurs, solutions, trucs du métier et situations à éviter », ajoute Mme Dupont.

Pouvez-vous nous donner un exemple d’un symptôme avant-coureur d’une catastrophe/crise?
La fébrilité : les enjeux économiques, politiques, sociaux et géographiques sont un amalgame qui fait en sorte que la crise se déclenche généralement d’elle-même. Pour être un acteur efficace et faire en sorte que ça change, il faut agir du côté du conseil d’administration. Souvent, les dirigeants n’acceptent de changer qu’une fois placés devant le fait accompli. « Saviez-vous que 90 % des crises auraient pu être évitées? », précise la formatrice. La croyance populaire dit que « quand ce n’est pas dans ma cour, ça ne peut pas m’arriver ». Il y a donc une forme d'acceptabilité sociale en gestion de crise. Les dirigeants doivent l'accepter, car ils savent qu’il y a des risques : des choses contre-culture, des barrières psychologiques et autres éléments que nous ne pouvons pas contourner. Andrée Dupont donne en exemple le cas de la Croix Rouge et du sang contaminé : « si ça ne passe pas dans l’opinion publique et qu’on sent que vous essayez de vous défiler, même la plus belle conférence de presse n’y changera rien ».

Mme Dupont, vous avez donné un atelier sur « Comment bien gérer les relations avec les médias » dans le cadre des Grandes Conférences du Journal Les Affaires au printemps dernier. En quoi cet atelier diffère-t-il de votre formation d’une journée complète à l’UQAM?
En atelier, nous échangeons sur avant la crise (questions que l’on doit se poser); pendant (questions auxquelles on doit répondre); après (bilan et leçons pour la prochaine crise). En formation, les participants seront confrontés à des situations pratiques réelles par le biais de simulations enregistrées, ce qui les amènera non seulement à se questionner, mais à changer leur comportement lors d’une crise.

Dupont AndreeLes formations d’Andrée Dupont : « Situation de crise et communications », « Exercer son leadership au bon moment » et « Habiletés politiques : votre rôle stratégique dans l’organisation » s'adressent à tous les gestionnaires et aux professionnels en communication. Des rendez-vous à ne pas manquer!

Formatrice et conseillère en communication, psychosociologue, Andrée Dupont détient une maîtrise en administration publique (MAP) et en didactique du management public (MDMP) de l'ÉNAP. Elle intervient depuis de nombreuses années auprès de différents types d'entreprises et organismes en tant que consultante et coach.

La Formation continue de l’UQAM privilégie les petits groupes de participants afin que chacun puisse interagir et tirer le maximum de cette journée de formation.


Par Annie Desharnais, agente d’information, Service de la formation universitaire en région de l’UQAM

 

Commentaires  

#1 Adeline 26-01-2016 23:20
Awesome article.
Citer

Ajouter un Commentaire