Bannière Nom de l'unité Formation continue

Formation continue
2019-2020

formation.uqam.ca

Suivez la Formation continue sur :

 

Abonnez-vous à nos publications

L'abonnement est rapide et gratuit ! 

Pour les formations à venir, je m'abonne à l'infolettre (bimensuel).

Pour les nouveautés, je m'abonne au bulletin spécial SE FORMER DANS LE CONFORT DE SON FOYER (hebdomadaire).

 

Suivez-nous !

facebook logo   Instagram logo   

linkedin logo   new youtube logo 300x143

 
 


FLNC Bouton

Articles et entrevues

AU-DELÀ DE LA FÉMINISATION SYNTAXIQUE… MAIS ENCORE ?

Entrevue express avec Leïla Marie Turki, formatrice, rédactrice, réviseure et traductrice.


Qu’est-ce que la rédaction épicène ?

Écrire un texte épicène, c’est écrire de façon non sexiste. L’économie de mots et la facilité d’écriture ne sont plus des excuses acceptables. La rédaction épicène suppose des choix entre différentes possibilités. Le but ultime est d’inclure le plus équitablement possible les hommes et les femmes, tout en privilégiant la cohérence, la fluidité, la lisibilité et l’intelligibilité d’un texte, d’un ouvrage, d’un site. La langue française offre un riche éventail de mots permettant d’atteindre ce but. 

À quelle période la rédaction épicène s’est-elle imposée comme méthode d’écriture ?

Si ce sujet est d’actualité, il date pourtant depuis plus de 50 ans. Dans la seconde partie du 20e siècle, on essayait de féminiser les titres, les noms d’emplois, puis les textes. De nos jours, la rédaction épicène va au-delà de la féminisation systématique d’un texte. Il y a d’autres avenues permettant de contrer l’utilisation aveugle de doublets et la juxtaposition « à rallonge » d’accords féminins et masculins

Existe-t-il une méthode d’écriture épicène ? Comment puis-je savoir quand utiliser une technique plutôt qu’une autre ? 

Durant la formation, vous apprendrez différentes techniques d’écriture vous permettant de rendre plus égale la représentation des sexes sans les nommer explicitement. C’est ce qu’on appelle l’écriture inclusive ou l’écriture neutre. Compte tenu de la phrase à rédiger, du texte dans son ensemble et du contexte entourant votre rédaction, vous serez en mesure de choisir la méthode qui vous convient. 

On entend parfois les gens dire qu’écrire de façon épicène, c’est de féminiser tout simplement son texte. Qu’en pensez-vous ?

L’écriture épicène consiste, en partie, à employer adroitement les appellations au féminin à côté des appellations au masculin (doublets) et à accorder les mots en conséquence. Mais, il faut « dépasser » la précision des sexes en recourant aux formulations dites neutres, plus inclusives. Écrire de façon épicène, ce n’est donc pas écrire pour plaire aux féministes en féminisant nos écrits. C'est écrire pour tout le monde, peu importe le sexe, en essayant le plus possible d'alléger le texte en choisissant judicieusement ses mots. C’est d’abord penser à son texte de façon équitable, avant d'écrire de façon équitable à l’échelle de la phrase, puis à l’échelle du texte.

Qu’est-ce que la féminisation lexicale et syntaxique ?

La féminisation lexicale et syntaxique implique différentes interventions. Voici quelques exemples : 

  • la formation de doublets corrects, la reprise par des pronoms corrects ;
  • l’omission ou la répétition de noms, de déterminants ou d’adjectifs ;
  • les accords à faire en fonction de différentes perspectives.

Qui est la formatrice ?

Leïla Marie Turki travaille dans le domaine de la langue française depuis plus de 20 ans en tant que formatrice, rédactrice, réviseure et traductrice. Elle donne des cours d’appoint de français langue seconde à des professeurs et professeures allophones de l’UQAM. Madame Turki a travaillé pendant plusieurs années pour le ministère de l’Éducation et pour des commissions scolaires, comme évaluatrice du niveau de langue et correctrice d’épreuves de français. Elle œuvre aussi dans la conception d’activités pédagogiques et l’édition d’ouvrages scolaires. Leïla Marie Turki est éditrice de manuels scolaires en français. Finalement, elle mène parallèlement plusieurs projets personnels d’écriture littéraire.

Pour en savoir plus sur la formation qui a inspiré cet article, consultez la fiche « Rédaction épicène ». 


Rédigé par Annie Desharnais, agente d’information, UQAM Bureau des études.

Ajouter un Commentaire